Catégorie : Santé

janvier 22, 2021 Barbara Benattasse No comments exist

L’anosmie est l’un des symptômes les plus courants lorsque l’on a attrapé le Covid-19. De quoi s’agit-il ? Peut-on le soigner ? Voici quelques éléments de réponse.

L’anosmie :  c’est quoi ?

Il s’agit d’une forte diminution, voire une perte totale, de l’odorat. Concrètement, la personne souffrant d’anosmie éprouve de grandes difficultés à reconnaître un arôme, un parfum ou un aliment en particulier. L’anosmie est généralement bilatérale, mais, peut parfois concerner qu’une seule narine. Elle peut être associée à une agueusie (une perte de goût) et ne doit pas être confondue avec la cacosmie (perception d’une mauvaise odeur en permanence) ou la parosmie (déformation de certaines odeurs).

L’anosmie : Comment cela arrive ?

Ce symptôme peut être la conséquence :

  • d’une anomalie dites congénitale, présente dès la naissance et qui serait, d’après les données scientifiques actuelles, un symptôme du syndrome de Kallmann, une maladie génétique du développement embryonnaire.
  • d’un trouble acquis avec le temps dû à :
    • une obstruction des fosses nasales, qui empêche la perception des odeurs ;
    • une altération du nerf olfactif, qui perturbe la transmission des informations olfactives.
    • une rhinite ou une sinusite (inflammation des muqueuses tapissant les sinus)
    • une polypose naso-sinusienne, c’est-à-dire la formation de polypes (excroissances) au niveau des muqueuses ;
    • la prise d’un traitement médicamenteux (traitements anti-cancéreux, morphine…)
    • une déviation de la cloison nasale
    •  le coronavirus ou autre virus 

Si vous constatez une perte progressive ou brutale de l’odorat, vous devez consulter votre médecin traitant. Il établira un diagnostic et déterminera les causes de l’anosmie en se référant à plusieurs critères :

  • Si la perte d’odorat est partielle ou totale
  • si elle est soudaine ou progressive
  • si elle est limitée à certaines odeurs en particulier ou non… 
  • Il procède également à un interrogatoire sur les antécédents médicaux et familiaux du patient (ses éventuels traitements, son éventuelle consommation de tabac, son mode et son hygiène de vie…)
  • Il peut faire un « test d’anosmie » au moyen d’un tampon imbibé d’alcool permettant de déterminer la gravité de la perte d’odorat.

En fonction des constatations, le médecin généraliste peut orienter son patient vers un spécialiste pour affiner le diagnostic (olfactométrie, mesure des réflexes…) et réaliser des examens d’imagerie pour observer l’intérieur du nez : rhinoscopie, radiographie, scanner ou IRM.

anosmie retrouver odorat
© pixabay

Comment soigner l’anosmie ?

En fonction du cas, il existe plusieurs méthodes pour atténuer voire faire disparaitre l’anosmie, on y compte : 

  • un traitement médicamenteux, notamment en cas d’inflammations des voies respiratoires ;
  • une rééducation olfactive consistant à réaliser quotidiennement des exercices deux fois par jour. Elle a été imaginée par le créateur de l’application gratuite baptisée Covidanosmie. Elle se base sur l’utilisation d’huiles essentielles avec 4 à 6 odeurs différentes (clou de girofle, eucalyptus, citron et géranium rosae). Il faut suivre ce programme plusieurs semaines, voire plusieurs mois jusqu’à la récupération de l’odorat.
  • une opération chirurgicale, notamment lorsqu’une tumeur est détectée ;
  • un suivi par un psychothérapeute, lorsque l’anosmie entraîne des complications d’ordre psychologique.

Si votre odorat commence à disparaître, n’hésitez pas à contacter votre médecin traitant.

décembre 31, 2020 Barbara Benattasse No comments exist

Un beau sourire ne peut exister qu’avec une bonne hygiène bucco-dentaire. Voici quelques principes pour être irréprochable.

Pourquoi soigner son hygiène bucco-dentaire

L’hygiène bucco-dentaire est un ensemble de pratiques permettant d’éliminer la plaque dentaire qui se forme naturellement et en permanence à la surface des dents. Celle-ci permet de limiter la prolifération de bactéries responsables, entre autres, d’irritations des gencives (gingivite), qui deviennent rouges, gonflées, et saignent facilement au brossage.

Un mauvais entretien de vos dents peut également provoquer une parodontite entraînant la perte des dents. De nombreuse bactéries présentes dans la plaque dentaire transforment les sucres (sucreries mais aussi chips, biscuits, …) en acide lactique qui peut provoquer l’apparition d’une cavité. C’est la fameuse carie.

Le but de la salive est de ramener l’acidité de la bouche (pH) à la neutralité pour éviter les caries. Toutefois, une personne mangeant beaucoup entretiendra cette acidité dans la bouche apportant plus de tartre, qui est de la plaque dentaire minéralisée.

On ne peut malheureusement pas l’éliminer par un simple brossage. C’est l’un des rôles principaux de votre dentiste.

Comment prendre soin de son hygiène bucco-dentaire ?

Le brossage des dents plusieurs fois par jour

Voici l’une des règles les plus importantes pour avoir un beau sourire. Se brosser les dents 2 minutes en moyenne principalement le matin et le soir pour éviter l’accumulation de tarte. La plaque dentaire se formant entre 4h et 12h après la dernière ingestion d’aliments, il faut également l’éliminer minutieusement à la fin de chaque repas.

En ce qui concerne la technique de brossage, voici un moyen mémo-technique de s’en souvenir :

  • Brosser les dents du haut et bas séparément
  • Rouleau ou mouvement rotatif pour brosser dents et gencives, de la gencive à la dent.
  • Oblique : on incline la brosse à 45° sur la gencive
  • Suivre toujours le même trajet pour faire le tour de toutes les dents sans oublier le dessus

Il existe plusieurs applications pour vous guider dans votre brossage de dents. On y compte

  • Brush DJ – Gratuite : une application de minuterie qui utilise la musique de votre choix pour que vous soyez sûr de bien vous brosser les dents durant 2 minutes chrono.
  • Ben le Koala – Gratuite : Elle est plutôt utile pour les enfants à partir de 2 ans. Elle les aide à bien se concentrer sur la manière d’effectuer cet indispensable brossage.
  • Mon Raccoon  : permet aux enfants d’apprendre de manière ludique à se brosser les dents.

hygiène bucco-dentaire

Les autres outils pour avoir une bonne hygiène bucco-dentaire

En plus du brossage de dents, on peut également utiliser différents outils pour maximiser ses chances d’avoir un sublime sourire et de belles dents blanches.

Les voici :

  • Le fil dentaire : il permet d’enlever la plaque qui s’accumule dans les interstices entre les dents, espaces difficiles à atteindre avec une brosse-à-dents et d’éviter les inflammations des gencives.
  • Le cure-dent : qui a la même utilité que le fil dentaire mais qui peut être plus pratique pour enlever les résidus de nourriture.
  • Le bain de bouche : en plus de vous permettre d’avoir une meilleure haleine, il peut également être utile en cas d’aphtes ou de petits gonflements des gencives.

La visite chez le dentiste

Bien que ce ne soit pas une partie de plaisir, il est recommandé d’aller rendre visite à votre dentiste au moins une fois par an pour un détartrage et un rapide check de votre santé bucco-dentaire.

Notre équipe se tient à votre disposition pour vous conseiller dans le choix de votre brosse à dents, dentifrice ou encore bain de bouche.

décembre 29, 2020 Barbara Benattasse No comments exist

Véritable pilier de votre système immunitaire, découvrez sans plus attendre pourquoi et comment renforcer votre flore intestinale au quotidien.

Pourquoi renforcer sa flore intestinale ?

La flore intestinale a pour rôle principal de faciliter l’assimilation des nutriments en aidant à la digestion des fibres alimentaires, en particulier des fruits et des légumes. Une flore intestinale déséquilibrée peut être à l’origine de troubles digestifs, tels que les ballonnements, les diarrhées, les maux de ventre…

Elle a pour but de renforcer le système de défense immunitaire en jouant un rôle de barrière, qui empêche les bactéries pathogènes (responsables de maladies) de s’installer.

Il est donc essentiel d’en prendre soin au quotidien.

Les méthodes naturelles pour renforcer sa flore intestinale

L’alimentation 

Les repas quotidiens doivent être équilibrés et composés aux trois-quarts de fruits et légumes de saison pour conserver une bonne flore intestinale. 

Les crudités et les céréales complètes sont des réserves de fibres, particulièrement recommandés puisque les bonnes bactéries se nourrissent principalement de la cellulose que ces aliments contiennent. On recommande également les produits fermentés comme la choucroute (chou fermenté) ou le yaourt nature non allégé en matières grasses qui apportent directement ces bonnes bactéries à l’organisme. 

Les huiles végétales pressées à froid sont une source importante d’acides gras riches en oméga-3 et oméga-6. L’huile de lin est riche en oméga-3 et l’huile de tournesol, quant à elle, contient beaucoup d’oméga-6.

Le syndrome de l’intestin irritable est un trouble du fonctionnement de l’intestin (du côlon ou gros intestin) responsable d’une gêne importante au quotidien. Les personnes atteintes par celui-ci sont vivement encouragées à respecter le régime foodmap limitant, entre autre, la consommation de fibres insolubles (produits céréaliers complets, fruits et légumes à peau comestible (figues, tomates, courgette, poivron, radis…). 

Ils peuvent, en revanche, consommer des fibres solubles qui sont plus douces pour l’intestin (avoine, seigle, pomme, poire, raisin, orange, pêche, pamplemousse, oignon, ail, poireau, ail, asperge, artichaut, endive…)

 

L’activité sportive 

Une activité physique régulière stimule l’activité intestinale de façon durable ; il faudrait faire du sport pendant au moins 30 minutes chaque jour, de façon à accélérer la respiration. Cela peut être de la marche ou de promenade à vélo rapide ou encore de jogging.

On préconise le sport endurant trois à quatre fois par semaine (comme la marche nordique, la natation ou encore le vélo) ces activités sont idéales et protègent les articulations, contrairement au jogging.

Des exercices abdominaux et des massages circulaires légers au niveau du ventre peuvent également être une activité bénéfique pour votre flore intestinale.

Participer une activité sportive douce telle que le yoga peut également réduire la charge mentale, principalement responsable du stress (qui cause la chute du nombre de bonnes bactéries intestinales). 

Les traitements pour renforcer sa flore intestinale

Les probiotiques 

Vous vous sentez gênés depuis plusieurs semaines par des ballonnements et des maux de ventre à répétition ? 

En plus d’une bonne hygiène de vie, les médecins recommandent la prise de probiotiques en compléments alimentaires : seuls les produits qui apportent au moins 10 milliards de bactéries par prise ont de l’effet sur la flore intestinale. Ils sont disponibles sous forme de poudre ou de gélules. 

La consommation d’antibiotiques peut provoquer un déséquilibre de la flore car ils agissent largement sur les mauvaises mais aussi les bonnes bactéries.

 En cas de prise, on recommande également de consommer des probiotiques pour renforcer la flore. 

Les prébiotiques

Les prébiotiques ont la propriété d’accroître la croissance et l’activité des probiotiques.
Si vous consommez des probiotiques, il est préconisé de prendre également des prébiotiques afin de recoloniser la flore intestinale en bonnes bactéries.
Elles peuvent être consommées via votre alimentation (le blé, l’orge, le seigle, les asperges, l’ail, les artichauts, les oignons, les bananes) ou via la consommation de compléments alimentaires riches en fructo-Oligosaccharides (FOS) et/ou des Galacto-Oligosaccharides (GOS) qui vont nourrir les probiotiques.

Un avis médical est fortement conseillé avant la prise de pré ou probiotique.

novembre 18, 2020 admin5963 No comments exist

Le stress peut être, chaque jour, plus paralysant s’il n’est pas maitrisé.  Comment réussir à gérer son stress au quotidien ? Voici quelques conseils pratiques.

Qu’est-ce que le stress ?

C’est une réaction de défense naturelle de l’organisme face à une situation difficile à gérer. Elle est tout à fait normal.

Pour aider à réagir, le corps fabrique de l’adrénaline qui augmente le rythme cardiaque, accélère la respiration et donne un regain d’énergie. Le stress peut se révéler très utile dans une situation exigeant une réaction rapide ou un effort particulièrement important. Seulement, trop en avoir au quotidien n’est pas bon pour la santé car c’est tout le corps qui finit par se mettre en alerte (cœur, respiration, tension musculaire, problème intestinaux…).

Pourquoi il est important d’en prendre conscience ?

Une situation prolongée de stress peut conduire à un épuisement psychique et physique. Voici quelques signes à ne surtout pas négliger. 

Les signes psychiques de stress

  • troubles de l’attention
  • troubles de la mémorisation
  • difficultés à se concentrer
  • rumination mentale (réfléchir sans arrêt)
  • troubles de l’endormissement 

Les signes physiques de stress 

  • troubles digestifs (ulcère, diarrhée, nausées et vomissements)
  • troubles cardiovasculaires (une augmentation de la fréquence cardiaque avec cette sensation d’accélération des battements cardiaques, des palpitations, une hypertension artérielle ou encore une augmentation du mauvais cholestérol)
  • mal de tête ou crises de migraine 
  • hyperventilation (souffle court et rapide)
  • transpiration
  • mains moites
  • problèmes de peau : eczèma ou psoriasis 

Le travail est la première cause de stress. Le terme de surmenage et de burn out est alors souvent employé. S’il se prolonge de façon chronique, il peut être handicapant au quotidien. 

Les remèdes naturels pour gérer le stress

Pour lutter contre le stress, il faut tout d’abord en avoir conscience. Comprendre qu’à cet instant précis, vous ne le contrôlez plus et il a pris le dessus sur le reste. 

Voici quelques recommandations pour l’appréhender et mieux gérer votre stress : 

  • la reconnaissance des signes du stress (émotionnels, physiques et mentaux) ;
  • la discussion avec ses proches et/ou un thérapeute ;
  • la pratique d’activité physique quotidienne (prendre l’air peut suffir à se sentir mieux)
  • des exercices de relaxation, comme des exercices de respirations par exemple. Vous pouvez également consulter une sophrologue qui vous donnera des exercices pour mieux le gérer.
  • Identifier et définir ses objectifs et ses priorités ;
  • Relativiser
  • Voir le verre à moitié plein
  • La consommation de plantes naturelles anti-stress et anti-nervosité comme la lavande, le gelsemium, l’ignatia amara, la valériane ou la passiflore. Elles sont, le plus souvent, disponibles en homéopathie ou en gélules.

Quel que soit l’âge de la personne qui la consomme (enfants, adultes, seniors), il existe différentes options naturelles efficaces à consommer sans accoutumance. Demandez conseil à un professionnel de santé avant de faire votre choix.

octobre 30, 2020 admin5963 No comments exist

Le régime hyperprotéiné est le nouveau régime à la mode. Pourquoi cet engouement ? Il y a t’il des risques à consommer des produits hyperprotéinés ?

Pourquoi faire un régime hyperprotéiné ?

Par nature, les protéines rassasient plus longtemps et sont moins caloriques que les glucides, c’est pourquoi elles préviennent la faim malgré le déficit calorique obligatoire pour perdre du poids.

Le traitement plus lent des protéines dans le corps permet au métabolisme de rester actif plus longtemps et le nombre de calories brûlées pendant la digestion est plus important. Il suffit d’un apport calorique restreint et les kilos fondent plus rapidement.

Voici quelques raisons pour adopter le régime hyperprotéiné :

  • Elle favorise une satiété rapide car la protéine a tendance à caler
  • Elle permet de conserver une tonicité musculaire,
  • Elle est efficace pour rester énergique chaque jour
  • Elle accompagne une activité sportive

Comme tout régime, il doit être sous surveillance médicale. 

Les aliments riches en protéines

Les aliments riches en protéines sont une composante essentielle de l’alimentation saine et équilibrée.

Voici deux tableaux réalisés par la marque Foodspring déterminant les aliments riches en protéines animales ou végétales. 

*La protéine Whey étant le produit phare Foodspring.

Une alimentation pour tous ?

Comme tous les régimes basés sur des évictions alimentaires, il ne doit pas perdurer, car il entraîne inévitablement des déséquilibres nutritionnels qui peuvent avoir un réel impact sur la santé.

Certaines pathologies constituent de véritables contre-indications à cette pratique diététique. Cela concerne les personnes ayant : 

  • une insuffisance rénale
  • du diabète de type 1
  • de l’insuffisance cardiaque
  • des pathologies hépatiques
  • des antécédents de maladie cardiovasculaire

La consommation de repas hyperprotéinés est également déconseillée en cas de grossesse et d’allaitement et est à proscrire chez les enfants.

La marque Foodspring

Cette enseigne entre en ligne de compte lorsque vous souhaitez consommer différents aliments et vous faire plaisir avec de la nourriture hyperprotéinée.  

Cette compagnie allemande qui s’impose sur le marché de la nutrition propose des produits de qualité répondant aux besoins de sportifs mais pas que. 

L’objectif principal de la marque est d’offrir des produits innovants, sains et naturels aux sportifs et aux personnes souhaitant perdre du poids, sculpter leur corps, apprendre à grignoter sainement ou encore renforcer leur musculature.

De nombreux influenceurs partagent leurs recettes avec des produits de la marque. De la pâte à tartiner aux mueslis en passant par les shapes shake, les barres protéinées ou les snacks healthy. 

Ils confient utiliser régulièrement la marque pour la qualité des produits et leurs effets rassasiants. Ils ne souhaitent pas forcément une perte de poids mais, plutôt une meilleure alimentation au quotidien et gagner en énergie

Les produits Foodspring sont à retrouver dans notre pharmacie. 

Quelle que soit votre problématique, notre diététicienne Sara, se tient à votre disposition pour vous conseiller sur un rééquilibrage alimentaire. Elle est disponible pour un rendez-vous au sein de notre pharmacie les lundis et mercredis.

Vous pouvez prendre un rendez-vous au 01 43 33 75 96.

octobre 26, 2020 admin5963 2 comments

La grossesse peut être à l’origine de différents problèmes de peau comme l’acné ou les vergetures. Comment les prévenir durant et après votre grossesse ? 

La grossesse est un chamboulement dans votre corps qui peut se traduire par différents symptômes visibles. Ils sont, pour la plupart, vraiment bénins mais peuvent complexer. Voici quelques conseils pour avoir une peau au top durant votre grossesse. 

Comment éviter l’acné de grossesse ?

L’acné arrive souvent lorsque la progestérone et les œstrogènes sont présents en fortes concentrations car cela a un impact sur les glandes sébacées, qui produisent le sébum. En excès, ce corps gras qui protège la peau a tendance à boucher les pores, ce qui provoque des boutons inflammatoires blancs ou des comédons (point noir), généralement sur le visage, le haut de la poitrine ou encore le dos.

Pour tenter de l’éviter, vous devrez peut-être changer vos habitudes avec de petites optimisations.

  • utiliser des soins adaptés en fonction de votre peau (purifiants et non comédogènes) ;
  • éviter de toucher les boutons. Cela accentue le processus inflammatoire et favorise la prolifération des bactéries ;
  • limiter les aliments à index glycémique élevé et gras. 
  • privilégier ceux à index glycémique bas ou moyen. Favoriser des aliments riches en zinc (huitre, cacao, germe de blé, viande de veau, œuf…) car ils contribuent  à réguler la sécrétion de sébum.
  • ne pas s’exposer au soleil ( c’est un faux-ami qui provoque le plus souvent un effet rebond et peut également provoquer le risque de masque de grossesse (chloasma).
     

Comment traiter l’acné durant sa grossesse ?

L’acné est déjà présente et elle vous complexe ou vous gêne au quotidien ? Pas de panique ! Il existe des traitements compatibles avec la grossesse. Il est tout de même essentiel de demander l’avis d’un dermatologue. 

Voici quelques conseils : 

  • se créer une véritable routine :  laver soigneusement le visage le soir avec des produits purifiants spéciaux. En crème de soin, on peut également se tourner vers des produits dédiés à l’acné, proposée par de nombreux laboratoires. 
  • utiliser des produits qui sèchent les imperfections à base d’Erythromycine ( Eryfluid par exemple) en cas de micro-kyste ou de boutons douloureux
  • éviter la nourriture grasse 
  • consommer du  zinc à partir du deuxième trimestre. C’est un anti-inflammatoire et antibactérien, il permet également de contrôler la séborrhée (sécrétion de sébum) ainsi que la prolifération de la bactérie P. acnes impliquée dans l’acné. 

Si vous êtes enceinte et que vous avez de l’acné, rassurez-vous : en avoir pendant la grossesse ne veut pas du tout dire que le futur bébé en aura également. 

Comment prévenir les vergetures de grossesse ?

Autre problème récurrent chez les femmes enceintes : le corps se modifie et s’étire et cela peut provoquer des vergetures. Comment faire pour éviter d’en avoir ? 

  • s’hydrater est essentiel, buvez donc beaucoup d’eau.
  • hydrater votre peau matin et soir et masser délicatement sur les zones à risques avec des crèmes hydratantes spécialement conçues à cet effet ou des huiles bénéfiques comme l’huile d’argan ou d’amande douce.
  •  un gommage hebdomadaire améliorera permettra de renouveler votre peau et de maximiser les effets de votre crème.
  • optez pour une alimentation équilibrée et selon vos besoins pour limiter une prise de poids trop brutale. Mangez donc beaucoup de fruits et de légumes frais.
  • l’activité physique légère est aussi bénéfique pour raffermir la peau 

Comment faire quand les vergetures sont installées ?

Une fois installées, les vergetures auront du mal à partir. Voici quelques techniques pour les rendre moins visibles :

  •  Appliquer sur votre peau de l’huile d’amande douce ou l’huile de coco, qui sont riches en acides gras et en vitamines A et E, soins naturels efficaces pour hydrater, nourrir, favoriser la production de collagène et assouplir votre peau.
  • Faire un peeling
  • Faire un traitement au laser post-grossesse qui stimule l’activité des fibroblastes (cellules qui jouent sur la souplesse de la peau)
  • Chirurgie réparatrice post-grossesse pour retendre la peau ;
  • Technique de microdermabrasion post-grossesse qui stimule l’élasticité de la peau.

Après tous ces conseils, on espère que votre peau sera douce et bien hydratée au point de faire la concurrence à celle de votre nouveau-né. Fini les problèmes de peau durant la grossesse.

septembre 21, 2020 admin5963 1 comment

Cela fait quelque temps que vous sentez votre enfant un petit peu ailleurs ? Il peut être en manque de minéraux ou de vitamines. 

Pourquoi les enfants doivent consommer des vitamines et minéraux ?

Les micronutriments (les vitamines, les minéraux, les acides gras essentiels…) jouent un rôle fondamental pour le bon fonctionnement des cellules des enfants.

Tout passe déjà par l’alimentation :

  • apprendre à diversifier l’alimentation pour vos enfants en dose raisonnable 
  • privilégier les aliments naturellement riches en micronutriments (fruits et légumes, poissons gras, céréales complètes…)
  • limiter la consommation de sucres raffinés

Si malgré tous ces efforts, votre enfant est fatigué, s’il multiplie les rhumes ou les infections ORL, s’il a du mal à se concentrer à l’école, il se peut qu’il ait besoin d’une petite cure de vitamines.

Pour compenser ce manque, il ne faut pas hésiter à leur faire prendre des compléments nutritionnels.

Quels vitamines choisir pour les enfants ? 

Pour qu’un enfant soit vif et en parfaite santé, il a besoin de : 

  • fer : du lait de croissance jusqu’à ce que l’enfant puisse consommer 100 g de viande (quelle qu’elle soit) par jour, répartis sur les deux repas principaux.
  • calcium : 2 à 3 produits laitiers (yaourt, lait, fromage, fromage blanc…) par jour. 
  • acides gras essentiels : du poisson 1 à 2 fois par semaine. Il peut également consommer de l’huile de colza, de noix ou de soja.
  •  fibres (1 à 2 fruits ou légumes par jour, en variant.) 
  • vitamine C et D

Une grande majorité des enfants souffre d’un déficit en vitamine D mais aussi en minéraux, comme le fer, qui touche 20 % à 30 % des jeunes enfants. Les carences en vitamines et minéraux peuvent être la source d’anémies, de problèmes de croissance, de difficultés d’apprentissage ou d’un système immunitaire faible.

Afin de palier au problème, l’idéal est de proposer à votre enfant un apport supplémentaire en vitamines ou minéraux. 

Pour faire votre choix, le mieux serait de commencer par faire faire une prise de sang à votre enfant afin de constater s’il y a effectivement des carences. 

 Si c’est le cas, notre équipe vous proposera différents produits en fonction des besoins de vos enfants. 

Attention : Il ne faut pas donner de produits à vos petits sans l’avis d’un médecin ou d’un professionnel de santé.

vitamines enfants
juillet 31, 2020 admin5963 No comments exist

Lors de l’été et de l’arrivée de la chaleur, il faut redoubler d’attention lorsque l’on consomme des médicaments. Voici nos recommandations.

Quels types de médicaments sont à risque ?

Avant toute chose, sachez que la plupart des médicaments ont passé des tests de stabilité lors de leur fabrication. Ils sont donc censés pouvoir supporter jusqu’à 40°C durant un certain temps (plusieurs mois) avant de se détériorer.

Cependant, certains médicaments ne supportent pas la chaleur :

  • l’insuline
  • les vaccins
  • les suppositoires

Bien qu’ils soient résistants à la chaleur, quelques-uns peuvent contribuer à l’aggravation de certains symptômes dont :

  • le syndrome d’épuisement et du coup de chaleur (troubles de l’hydratation et électrolytiques, altération de la fonction rénale, augmentation du rythme cardiaque…)
  • les effets de la chaleur (en abaissant la tension artérielle ou en altérant globalement la vigilance)

Les médicaments les plus concernés sont :

  • Les diurétiques : principalement prescrits aux personnes cardiaques, ils peuvent accentuer la déshydratation. Il est donc recommandé de boire un verre d’eau plusieurs fois par heure.
  • Les neuroleptiques : donnés en traitement des troubles mentaux, ils ont tendance à dérégler la température du corps et peuvent provoquer une hyperthermie. 
  • Les anti-inflammatoires non-stéroïdiens (AINSI) peuvent aggraver le syndrome d’épuisement-déshydratation. Certains, comme l’aspirine, sont vendus sans ordonnance. Il est déconseillé d’en prendre sans avis médical.
  • Les antiviraux peuvent altérer la fonction rénale.
  • Les antihypertenseurs aggravent indirectement les effets de la chaleur.
  • Les anti-épileptiques deviennent toxiques en cas de déshydratation, d’où l’importance de s’hydrater régulièrement ( boire au moins 2 l d’eau par jour en cas de forte chaleur). 
  • Les anti-migraineux ont tendance à diminuer la faculté du corps à transpirer.

De façon générale, les patients doivent demander un avis médical pour adapter leur traitement durant l’été.

médicaments et chaleur

Comment gérer la conservation des médicaments l’été ?

Si vous partez en vacances avec des médicaments à conserver entre 2 et 8°C, pensez à respecter la chaîne du froid et à les mettre dans un sac isotherme réfrigéré.
Pour les médicaments à conserver à une température inférieure à 25 ou à 30°C, évitez de les ranger dans le coffre d’une voiture ou en plein soleil. Un sac isotherme non réfrigéré sera suffisant pour les protéger.

juillet 28, 2020 admin5963 No comments exist

Des difficultés à marcher car vous avez l’impression d’avoir deux poteaux à la place des jambes ? Découvrez comment remédier aux jambes lourdes.

Pourquoi avons-nous des jambes lourdes ?

Ce phénomène s’explique par un mauvais retour du sang dans les veines. Lorsqu’on marche toute la journée ou que les veines sont dilatées par la chaleur, le sang ne remonte pas correctement vers le cœur et stagne dans les jambes. Elles se mettent donc à gonfler.

Outre la chaleur, les problèmes d‘insuffisance veineuse augmentent avec le vieillissement, les périodes prémenstruelles, l’obésité ou encore la grossesse. Le fait d’être enceinte exerce une compression sur les veines des membres inférieurs, amplifiant ce phénomène désagréable.

remédier jambes lourdes
© Pixabay

Comment traiter les jambes lourdes ?

Changer ses habitudes

Reprendre une activité sportive régulière : la marche, la nage ou encore le vélo sont particulièrement recommandés pour réactiver le retour veineux.

Il est également possible d’alléger les jambes en les comprimant grâce aux collants et chaussettes de compression. Elles exercent une pression plus forte au niveau de la cheville, puis dégressive jusqu’en haut de la jambe. On les utilise souvent lors de long voyage en avion ou en train.

Si vous avez des douleurs récurrentes la nuit, vous pouvez surélever les pieds de votre lit. Durant le sommeil, l’immobilité ralentit la circulation sanguine. Les surélever de dix à quinze centimètres aide le sang à remonter vers le cœur.

Adapter son alimentation

Les molécules flavonoïdes sont des substances antioxydantes qui renforcent la paroi des veines et fluidifient le sang. On les retrouve dans certaines plantes (le petit houx, la vigne rouge, le cyprès ou encore la prêle) à consommer en compléments alimentaires ou en tisane ainsi que  dans notre alimentation (huile d’olive, fruits rouges, brocolis, épinards…).

De plus, il est recommandé de limiter la consommation de sel et d’alcool qui ont tendance à dilater les artères et les veines.

Lorsque l’on est sujet aux jambes lourdes, il est conseillé de ne pas prendre trop de poids : la masse grasse pèse sur les veines.

Prendre un traitement médicamenteux

Vous pouvez débuter une cure de veinotoniques de deux ou trois mois ( Daflon, Ginkor, Esberiven, ou  encore Cyclo 3 ) qui ont pour but de relancer la circulation dans les zones les plus sensibilisées. Les médecins vasculaires leur reconnaissent une certaine efficacité. 

Se faire suivre par un professionnel de santé

Le kinésithérapeute peut être sollicité afin de soulager la sensation de jambe lourde avec un drainage lymphatique manuel. Il masse, stimule les tissus et resserre les capillaires sanguins. Vous pouvez également le faire vous-même en massant les mêmes zones avec une crème ou une huile mise au frigo au préalable. On conseille l’utilisation de crèmes à base de plantes reconnues pour leurs bienfaits sur le retour veineux : marron d’Inde, fragon épineux ou encore hamamélis.

Pour finir, voici une petite astuce dans le cas où vous devriez rester longtemps debout : montez sur les demi-pointes sans forcer, redescendez pied à plat plusieurs fois. Cela permettra de faire travailler votre mollet et activera de nouveau votre circulation.

juillet 9, 2020 admin5963 No comments exist

Avec l’arrivée des beaux jours, reviennent souvent les allergies. Comment les traiter ? On vous apprend à les gérer au quotidien pour finir par les oublier.

Qu’est-ce qu’une allergie ?

Après un premier contact avec un allergène, par voie respiratoire, cutanée ou alimentaire, l’organisme fabrique des anticorps spécifiques dirigés contre l’allergène. Lors d’un contact ultérieur avec le même allergène, ces anticorps réagissent en provoquant une réaction allergique inflammatoire qui se déclare sous différentes formes.

Parmi les allergènes les plus fréquents, on retrouve les acariens, les pollens, les animaux, les insectes, les moisissures, les aliments, les médicaments, les vaccins, les anesthésiques, les bijoux fantaisies…

Le plus souvent, les manifestations allergiques surviennent chez des personnes génétiquement prédisposées. Un ou plusieurs membres de leur famille présentent les mêmes réactions allergiques.

Comment se manifeste une allergie ?

Selon l’endroit, l’allergie pourra provoquer différentes réactions :

  • Au niveau du nez : une rhinite allergique ( congestion, éternuement, écoulement nasal)
  • Au niveau des yeux : une conjonctivite allergique ( les yeux qui piquent ou pleurent régulièrement)
  • Au niveau des bronches : un asthme ( contraction des muscles bronchiques, sécrétion de mucus……)
  • Au niveau de la peau :  de l’eczéma ou de l’urticaire qui l’irrite
  • Au niveau de la bouche : un œdème de Quincke qui peut aller jusqu’à l’étouffement.

La réaction allergique la plus sévère de l’organisme est le choc anaphylactique. Il est rare mais peut toucher tous les organes du corps et entraîner une réaction fatale.

Notre équipe se tient à votre écoute si vous avez la moindre question à ce sujet.

allergies

Comment les traiter ?

La première étape pour la traiter est de bien la cerner  Nous vous conseillons de prendre rendez-vous chez un allergologue pour cela. Ce spécialiste confirmera le diagnostic et identifiera le ou les allergène(s) en cause par des tests cutanés et/ ou une prise de sang.

La désensibilisation

S’il s’agit d’allergies saisonnières comme celles aux pollens, acariens, à certaines moisissures, aux venins de guêpes et d’abeilles, il est possible de faire une désensibilisation.

Cette technique a pour but d’exposer progressivement l’organisme à l’allergène afin que le système immunitaire finisse par le tolérer. Elle dure normalement quatre mois.

Elle peut se faire par voie sublinguale. Le traitement se prend chaque matin : on dépose sous la langue des doses croissantes d’extrait de l’allergène sous forme de comprimés ou de gouttes.

En cas d’allergie sévère, notamment comme celles aux venins de guêpes et d’abeilles, le traitement se fait plutôt par injections sous-cutanées chez le médecin ou en milieu hospitalier.

La cure ponctuelle

L’allergie est déjà là et vous avez besoin de la traiter ? Voici différentes méthodes en fonction de la zone concernée.

Attention, toutes les recommandations énoncées nécessitent tout de même l’avis d’un professionnel de santé. Certaines se prennent uniquement avec une ordonnance de la part de votre médecin.

  • En comprimé : pour toutes sortes d’allergies, il est possible de prendre des médicaments à base de loratadine ou de cétirizine . Ce sont des antihistaminiques censés calmer la réaction allergique.
  • En goutte : elles sont utilisées en cas d’allergies oculaires. L’un des produits les plus utilisés est opticron
  • En spray nasal : des produits comme allergyl sont souvent conseillés
  • En crème : principalement utile lors d’une crise d’urticaire ou d’eczéma. On recommande souvent la crème onctose à base de corticoïdes.
  • En huiles essentielles : elles sont particulièrement efficaces pour les rhinites ou l’asthme allergique.
    • De camomille romaine : mélangez 2 gouttes de cette huile dans 1 cc d’huile végétale. Massez le thorax et le haut du dos de 1 à 3 fois par jour jusqu’à amélioration de la crise (maximum 3 jours).
    • De lavande fine : déposez 2 à 3 gouttes de cette huile sur un mouchoir. Respirez plusieurs fois dans la journée.
    • D’eucalyptus radié : Inspirez profondément à quelques centimètres du flacon ouvert, 3 à 5 fois par jours pour dégager le nez et réduire les symptômes de l’allergie
    • De Khella : Efficace pour les crises d’asthme allergiques. Mélangez 2 gouttes de cette huile avec une huile végétale puis massez sur le thorax.